samedi, 09 janvier 2010

Arret sur le temps

_DSC0256-1petit
Cuesmes
(150mm - 1/2500sec - f2.8 - 200ISO)

L'art est toujours plus abstrait que nous ne l'imaginons. La forme et la couleur nous parlent de forme et de couleur, et tout s'arrête là.
Oscar Wilde

Commentaires

Magnifique photo de Dame Hiver avec cette touche de couleur ... Le texte qui t'est dédié est magnifique : le rêve de tout photographe de recevoir un si bel hommage... Très belle et pétillante année 2010 !

Écrit par : Ecureuil | samedi, 09 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Forme colorée, Dans tout ce blanc qui éclate comme un sorbet citron...

J'aime
Cordialement
Brume

Écrit par : Brume | dimanche, 10 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

:) Ah, si la nature dans laquelle je vis enfin depuis 6 mois pouvait m'en inspirer autant...
Trop tôt, sans doute.
Cela me permet en tout cas de continuer à recevoir tes gentils commentaires, comme pour la dernière photo en date.

Ta question est simple et je m'aperçois qu'y répondre est difficile, tant l'image est à la fois personnelle et ésotérique, malgré une esthétique susceptible de partage.

Dans cette image - qui demeure une catharsis malgré les années écoulées -, il fallait que l'arbre de l'oeuvre apparaisse, mais tout juste, à peine entrevu et décalé par rapport au premier plan: bien qu'inextricablement liés et interdépendants, se donne à voir l'immense prépondérance de l'existence (elle) sur l'être (l'arbre de vie suggéré).

C'est aussi une expérience vécue et, en l'occurrence, catastrophique dans sa tentative de transmission au personnage féminin illustré: quiconque n'a pas vécu la traversée n'a aucun moyen de comprendre et ramène à ses repères ce qui les dépasse irrémédiablement.

Quand on en sort, on sait d'où on vient; en revanche, quand on n'en sort pas, on ne sait pas où on va. En résumé, bouger fait sortir les fantômes des placards, libère le désir et, quand cela fait peur là où ça châtouille, transforme une croissance spirituelle en histoire de cul... :)

Écrit par : Dao | samedi, 16 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.